Bienvenue

L'Auberge Val Carroll, située dans la magnifique région des Laurentides à 90 minutes de Montréal ou d'Ottawa, offre une occasion sans pareil d'observer la faune canadienne dans son habitat nautrel.

Plus de 600 acres de forêt, des lacs et pistes entretenues assurent paix et tranquillité, loin de l'agitation de la ville.  Le lac privé vous invite à nager dans les eaux rafraïchissantes ou de faire une petite randonnée en pedalo.  La propriété va jusqu'à la légendaire "Rivière Rouge", connue pour le 'rafting' - la descente en eau vive.  Vous pouvez jouer sur les magnifiques terrains de golf au Lac Carling, à Tremblant, Arundel ou à Lachute.

Nos visiteurs peuvent jouir de tout le confort de la vie moderne dans cette auberge de quinze chambres avec salle de bain complète.  Certaines chambres sont dotées d'un bain tourbillon et d'un balcon privé.

Quelle que soit l'occasion (soirée, mariage dans notre chapelle privée, anniversaire, congrès d'affaires) d'excellents services sont mis à la disposition de nos invités, y compris une salle de réunion et une salle de séjour avec foyer.  Notre pavillon peut accueillir jusqu'à 80 personnes.

Ce climat chaleureux, cette atmosphère de détente et cette cuisine de choix sont offerts à des prix abordables.

Les commentaires écrits de nos hôtes témoignent depuis 25 ans de l’importance que nous attachons à la qualité de notre hospitalité et à la chaleur de notre accueil.

Nous vous attendons dans un proche avenir !

Thumb imgp5283 stainedglass


La naissance de l’Auberge Val Carroll 
L’histoire de ce qui allait devenir l’Auberge Val Carroll est très particulière et intéressante. En 1987 la « Canadian International Paper » (CIP) voulait se défaire de huit bâtiments appartenant au Club 4H de Harrington. La compagnie les mit en vente par mise à l’enchère sous enveolppe. Les terrains de la CIP étaient voisins de la propriété de Val Carroll. En cas d’acquisition, l’acheteur était tenu selon les conditions de la vente à demanteler ou à déplacer les huits constructions hors du site avant le Nouvel An. Notre mise fut acceptée en octobre, nous n’avons que trois mois pour déplacer six chalets et une construction principale assez important: comme chacune des structures était en bon état il nous semblait inconcevable de les détruire, car elles témoignaient d’un très bon savoir-faire. Nous nous retrouvrions devant un enorme problème ! En effet les chalets et la maison principale avaient été construits en montagne sans savoir qu’un jour il faudrait les déplacer. De plus avec les années de grands arbres avaient grandi tout autour. Les petits chalets étaient retirés dans la forêt sans aucune route d’accès. Que faire ? Le site qui devait recevoir ces constructions se trouvait sur la propriété de Val Carroll à près de deux kilomètres plus loin, il était impossible de déplacer la maison pricipale (8,5 m x 14.6 m) en empruntant les routes municipales à cause des fils électriques et des obstacles naturels. Il fallait donc recourir à des mesures exceptionnelles. Grâce à l’aide d’une équipe de la CIP avec scie mécanique et bulldozer les constructions d’abord furent dégagées de la forêt et le chemin forestier conduisant au nouveau site choisi fut élargi. Les chalets et la maison devaient être alors soulevés à l’aide de crics pour y glisser une plate-forme mobile: travail de plusieurs jours.

Enfin le déménagement commença en grande hâte. En effet, l’automne cette année-là était froid et le ruisseau gela très tôt. (sauf le jour-même du déménagement) Il y eut un éclairci et lorsque les camions s’engagèrent dans la traversée du ruisseau avec leur énorme charge, ils commencèrent à s’enfoncer. On se rendit compte que le camion allait disparaître dans la boue. C’est alors qu’une intervention désespérée fut tentée. Les bulldozers furent déplacés vers l’arrière du convoi et réussirent à tirer le camion et la remorque hors du bourbier. Ne pouvant attendre un autre jour de gel intense, on remplit le passage boueux de troncs d’arbres et de grosses pierres. Le matin suivant il était temps de tenter encore de franchir le lit de ruisseau. Succès ! Deux jours encore pour parcourir le reste de la distance. On avait presque perdu camion et chauffeur, le projet d’une Auberge n’aurait été qu’un rêve, mais non… Lorsque là-bas, au loin, apparut le propriété de Val Carroll, tout se transforma en victoire.

Un projet de cette importance n’avait évidemment pas pu se réaliser sans l’aide précieux d’amis. M. Robert Côté, commissaire à Lachute, s’engagea dans l’inextricable traversée des montagne de la bureaucratie. Frank Burmeister, après esquisses, plans et modifications parvint à créer un produit final qui répondait à notre attente. Pat Downing eut la tâche de mettre de l’ordre dans la paperasse qui semblait doubler de volume chaque jour. Lorraine et Arthur Pond d’Ottawa, pendant des années, n’ont pas menagé leur temps, leur énergie et leurs ressources pour nous appuyer. Construire une Auberge en pleine montagne sur une colline herbeuse au creux de la forêt n’a pas été tâche facile mais lorsque vous trouvez près de vous quelqu’un pour partager votre rêve tout devient possible. Ainsi beaucoup ont participé au projet, chacun apportant un morceau important au puzzle : la création de l’Auberge Val Carroll.

                         L’impossible est toujours possible. Il ne faut qu’un peu plus de temps.

Et ce n’etait pas la fin des grands déménagement…..